La Maison En Belles Lies à Saint-Aubin

Il s’agit ici d’un petit domaine sis à Saint Aubin peu connu qui travaille en biodynamie et produit des vins sans sulfites ajoutés, et ajoute à tout ceci une petite activité de négoce. La maison m’ayant été recommandée par un ami vigneron de confiance, je m’y suis présenté confiant mais sans trop savoir à qui m’attendre. C’est Pierre Fénals, maître des lieu, qui nous a reçus avec une gentillesse exemplaire et n’a pas manqué de nous faire partager pendant presque 2 heures sont travail et sa passion pour le vin et la culture biodynamique. Nous avons même assisté à la préparation d’une 500 (corne de vache) car ses ouvriers allaient traiter l’après midi même une parcelle.

Historique

Pierre Fénals a officiellement débuté dans le winemaking en 2002 en tant qu’oenologue à Dijon, après une première vie « scientifique ». Il poursuit ensuite sa route à Beaune et travaille pour une grosse maison de négoce en 2008-2009, date à laquelle il crée le domaine.
Pour ne rien cacher, je ne suis pas un grand fan de vins nature dans lesquels j’ai souvent trouvé des déviances importantes, des bretts etc, car trop de vignerons se voulant appartenir à la mouvance confondent malheureusement nature et laisser aller à la vigne comme à la cave. Autant le dire, ce n’est absolument pas le cas ici!
Ayant beaucoup échangé et beaucoup arpenté le chai et la cave sous-jacente, je n’ai malheureusement pas pris beaucoup de notes préférant l’échange avec le volubile et souriant Pierre. Je ferai le maximum pour compléter ce CR lors d’une prochaine visite.

Travail de la vigne et vinifications

La vigne est tenue basse, en biodynamie, avec quelques petits labours pour contenir l’enherbement. Utilisation de 850g de cuivre par an et par hectare, ce qui est très peu quand on sait que la loi autorise jusqu’à 6kgs! Petits griffages, enherbement naturel plus orienté sur les fleurs que les herbes. Cette flore est due aux semis de plantes indigènes à l’époque où les parcelles ont été reprises, ces dernières étant très abîmées à l’époque. Les herbes sont couchées au lieu d’être fauchées.
Les vins sont vinifiés en cuves tronconiques dans le chai puis entonnés en fûts par gravité dans la cave située en dessous, le tout en suivant le calendrier lunaire. Peu de fûts neufs, la plupart datant de 2007 à 2015-16. Pas de soufre ajouté donc.
Depuis 2014, Pierre fait des essais de vinifs en bonbonne. il trouve que cela donne des chose intéressantes en rouges, mais qu’en blanc, on obtient des résultats très éloignés des chardonnay traditionnels.
Tout est vinifié en vendange entière, pressurage léger, peu de brassage, juste une immersion régulière du chapeau dans les cuves.
Il va sans dire qu’il travaille en levures indigènes, sans chaptalisation.

Les vins

Les vins blancs (goûtés sur 17)

Bourgogne aligoté: vigne située au dessus de Saint-Aubin, très caillouteuse (calcaire). C’est pas mal pour commencer.

Bourgogne blanc: Vigne profonde et argileuse située en bas de Meursault. On monte d’un cran avec une belle pureté aromatique et un vin riche sur des notes un peu miellées, sur une vigne pourtant pas exceptionnelle selon les propres dires de Pierre. Il me plait bien!

Monthélie: parcelle très ventée de haut de colline, située en lisière de bois. Sol très blanc et peu épais. Petite réduction, c’est pur, cristallin, avec une belle tension.

Santenay: c’est une terroir de marnes calcaires dissociées qui ressuie moyennement selon Pierre. On a plus de gras, plus de volume et de longueur, c’est à mon sens un vin de garde de grande qualité.

Corton Charlemagne: sol argilo-sablonneux blond, peu de cailloux, situé en milieu de parcelle. C’est droit et élégant, mais ça ne me laisse pas en l’état un souvenir impérissable.

Les vins rouges (goûtés sur 17)

Maranges Village: 50 ares de marnes grises compactes du kimméridgien: c’est de l’argile à coquille. Là, je trouve le vin assez typé nature, avec une réduction marquée, c’est pas ma came.

Maranges 1er Cru Rousseau: Le jour et la nuit! Plus de volume et de concentration, mais surtout un fruit éclatant, beaucoup de pureté, c’est vraiment très bon!

Corton Perrières: Grande longueur, pureté, cerise, excellent!

Maranges 2018: Dur à dire, côté cidre, encore fermentaire… pas d’avis.

Aloxe Corton 2018: idem sans le côté Cidre, pas d’avis non plus

Hautes Côtes de Beaune 18: Vigne située sur Saint Aubin. constitué uniquement de jus de goutte. Très floral, j’aime bien, c’est bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.