Le Domaine Ludovic Chanson à Montlouis-sur-Loire

Je suis allé aux portes ouvertes du domaine, invité par notre vigneron à découvrir sa gamme. Comme il y avait un peu de monde, je n’ai pas pu poser toutes les questions que je voulais, mais Ludovic a malgré tout été très disponible et d’une grande gentillesse.

Historique

Ludovic Chanson est un vouvrillon pur jus, reconverti de l’industrie pharmaceutique où il était biochimiste. Passionné de vin, il fait une rencontre décisive au début des années 2000: Vincent Carême qui lui donne l’envie de faire du vin le plus naturellement possible. Formé chez Damien Delecheneau en 2005-2006, il est licencié par Pfizer avec toute son équipe en 2008, et s’installe dès 2009, d’emblée en bio car il sait ce qu’il veut. D’abord composé de 6 ha, le domaine en comporte désormais 7, et n’en fera probablement jamais plus: Ludovic veut conserver un domaine à taille humaine où il peut travailler seul le plus possible. Il travaillait depuis quelques temps à deux avec un ami japonais, mais ce dernier quitte le domaine pour de nouveaux horizons prochainement, et Ludovic ne souhaite pas le remplacer dans l’immédiat.
Ludovic a d’ailleurs une relation toute particulière avec le Japon: Son premier millésime a en grande partie été acheté par une importatrice japonaise tombée sous le charme de ses vins. Il a longtemps travaillé avec son ami japonais sur le domaine et a aussi des amis japonais dans le coin: Deux d’entre eux étaient d’ailleurs présents pour agrémenter sa journée portes ouvertes d’un buffet japonais auquel je n’ai malheureusement pas pu goûter. Il a même donné le nom Ichigo (fraise) à sa cuvée de grolleau pétillant, également parce que le marché japonais reste à ce jour son débouché majeur. L’export constitue l’essentiel de son activité (2/3 de la production part au Japon, aux USA et en Suède)

Parcellaire

Il possède des parcelles sur les lieux-dits suivants:

  • Clos du Hochet
  • Les Pions
  • Les Tailles Douzillières
  • Les Epinays
  • les Bâtisses
  • La Taille du Loup
  • Les Défrocs des landes

Tous sont des terroirs de sables limoneux sur argiles dégradées, sauf Les Epinays (plus argileux) et Les Défrocs (plus de type sables éoliens). Cette unité de terroirs ne justifie pas selon lui une approche de cuvées parcellaires: il préfère assembler pour trouver le caractère de ses vins.: il aime en effet les vins minéraux et tendus, sur la finesse plus que sur le gras et le volume, avec de beaux amers en finale, qui sont d’ailleurs une constante sur la plupart de ses vins.
Sur les 7 ha, 1,8 ha est composé de vignes jeunes de moins de 15 ans, et le reste de vieilles vignes âgées de 60 à 85 ans.
En plus du Chenin qui constitue la majorité de son encépagement, il a également 70 ares de chardonnay sur Les Pions (vignes de 65 ans) autrefois dédiées à la production de crémant, et permettant désormais de produire un pétillant et un chardonnay tranquille.

Les densités sont environ de 6500 pieds/ha (100×150) conformément au cahier des charges de l’appellation Montlouis.

Travail de la vigne

Ludovic pratique le travail de ses sols et laboure au tracteur. Ces labours restent malgré tout légers et peu profonds (5 à 7 cm) afin de ne pas fatiguer les sols. Il pratique dans cette optique un labour par an et 5 à 6 griffages. Il n’a d’ailleurs pas de recette pré-établie sur ce point. Il enherbe ses parcelles ou les laboure en fonction de la santé des vignes et de leur besoin ou non de concurrence. Par exemple, sur les Pions, quand il a repris la parcelle, les vignes étaient très fatiguées et en mauvais état. Il a donc au départ beaucoup labouré pour redonner de l’air et de la vie au sol très tassé et limiter l’enherbement et la concurrence pour la vigne. Après 2 à 3 années de ce traitement, la vigne a regagné en vigueur et il a rétabli l’enherbement sur la parcelle afin de concurrencer la vigne et limiter sa production afin de concentrer davantage ses raisins.

Les traitements se font au cuivre et au soufre selon le cahier des charges de l’agriculture biologique. Il teste en plus depuis 2 à 3 ans certains préparats biodynamiques sur 4 ha du domaine. Il y pratique 2 500P et 1 500 par an. Il n’a pas encore assez de recul sur ces pratiques et n’est pas en mesure de dire s’il y a une différence objective sur la santé des vignes et la qualité des raisins, mais il considère de toutes façons que cela ne peut pas faire de mal!
EN 2018, compte-tenu de l’humidité importante du printemps, il a pratiqué 15 traitements pour un total de 3,8 kgs de cuivre par hectare.

Vinifications et vins

Il n’aime pas acheter des fûts d’occasion, marqués par d’autres levures et d’autres jus: même si cela revient cher, il préfère acheter son propre parc de barriques, aux chauffes douces et longues, et parfois même sans chauffe du tout. Il utilise des fûts de 400 litres et également des barriques de 228 litres.
Il a d’ailleurs considérablement augmenté son parc cette année, car il souhaite de plus en plus allonger ses élevages, jusqu’à 3 ans si possible, car il aime ce que confèrent les longs élevages à ses jus. Ce travail sera grandement facilité par son nouveau bâtiment qui lui permet d’accueillir les nouveaux fûts qu’il a achetés pour ce faire. Les fermentations et élevages se font intégralement sous bois.

2016 a été pour lui un millésime désastreux, où le gel lui a fait perdre presque 95% de sa récolte. il a été sauvé par sa petite activité de négoce qui lui a malgré tout permis de rentrer un peu de trésorerie.
2018 est le millésime qui fait du bien avec des rendements de l’ordre de 40 hl/ha, qu’il n’avais jamais eus auparavant. il est cependant ennuyé car il n’a pas assez de place ni de fûts pour tout faire sous bois et a été obligé de laisser certains jus en cuve, ce qui lui pose souci car il ne maîtrise pas parfaitement ce type de vinifications, d’autant plus que les jus sont riches et nécessitent une attention particulière.

  • Les pions 2017 (30 hl/ha) est issu de chenins de la Parcelle Les Pions. Pressurage direct sans enzymes bien sûr. Il ne s’agit donc pas ici de fonds de cuves ou de raisins de mauvaise qualité et dont on ne peut pas faire autre chose que des bulles, comme c’est trop souvent le cas dans ces appellations, mais de vrai vin, comme la vinosité de cette bouteille le montre aisément. C’est un pétillant naturel non levuré et non dosé issu d’une fermentation unique, la prise de mousse se faisant en bouteille. Pas de soufre au dégorgement non plus, au final, pas de soufre libre et 20-25 mg de total.Le vin est très fruité,avec une belle vinosité donc et de très beaux amers en finale qui lui donnent de la distinction. Il goûte déjà très bien même si cela peut attendre. Il semble qu’il y ait un poil de SR (2-3g confirmés par Ludovic), qui est quasi imperceptible en bouche et ne change rien au ressenti de grande précision sur ce vin.
  • Les Cabotines 2017, élevé un ans dans des fûts récents, est la cuvée favorite de Ludovic, car c’est l’archétype du Montlouis fin et cristallin, avec là encore ces jolis amers en finale qui confèrent au vin une belle personnalité. Un peu de bouteille permettra à l’aromatique de s’ouvrir, mais c’est déjà une belle eau de roche, avec une belle longueur en l’état.
  • Les pêchers 2017 est un sec-tendre comme on dit désormais, avec 12g environ de SR. Le vin n’est pas muté au soufre pour stopper la fermentation mais soutiré 3 jours avant la mise, filtré sur terre puis par cartouche pour filtrer les lies et les levures et mis immédiatement en bouteilles, ce qui stoppe la fermentation et ne nécessite pas d’ajour de soufre. C’est un joli vin bien vif malgré le sucre résiduel et qui a une belle longueur ainsi qu’un bon volume. Les dames qui goûtent en même temps que moi sont sous le charme!
  • Ichigo 2017 est une méthode traditionnelle issue de l’achat de grolleau en Anjou, cultivé en bio. Le vin a été levuré. Il présente une petite réduction au nez à l’ouverture de la bouteille, réduction qui disparaît très vite à l’agitation. On a alors un nez très floral (rose) et fruit rouge (fraise notamment). La bouche n’est pas en reste avec une jolie gourmandise sur le fruit rouge également ainsi qu’un côté floral qui lui confère une belle élégance. L’ensemble est frais et gourmand et appelle à se resservir. un bon vin d’apéritif à boire sans chichis et entre amis! C’est une des cuvées qui part presque exclusivement au japon.
  • Sans Pagne 2017 est nommé ainsi en clin d’œil au Champagne bien sûr (c’est du chardonnay) mais aussi car le vin est tout nu: sans ajout d’aucune sorte. C’est un vin plus riche que Les Pions bien sûr et un poil moins tendu, chardonnay oblige. ça reste malgré tout très bon avec toujours ces petits amers en finale, et ça part essentiellement au Japon là encore!
  • Bel Ami 2017 est un VDF issu de chardonnay. C’est une cuvée de 900 bouteilles qui là encore part en bonne partie au Japon qui en raffole. Alors que Sans Pagne est élevé en cuves, Bel Ami l’est en barriques. C’est là encore issu du terroir Les Pions. C’est un vin vif et déjà facile à boire, plus tendu qu’un chardo bourguignon par exemple. L’aromatique est sur les fruits blancs et le vin jouit d’une belle élégance.
  • Gavroche 2017 est un sauvignon. ça reste tendu et le vin ne tombe pas dans la caricature comme trop de vins issus de ce cépage. Ici pas de buis ni de pipi de chat, mais un bel équilibre entre fraîcheur et aromatique et toujours cette élégance, signe de fabrique du domaine.
  • Implicite 2016, enfin, est un chenin qui a passé 24 mois en fûts. C’est un sec-tendre (plus sec que tendre) avec ses 8-9g de SR impeccablement équilibrés et gommés par l’acidité. C’est un vin superbe, tendu et plus large que les précédents. Ludovic, même sil est d’accord sur ses qualités, est un peu gêné par ce gras qui ne correspond pas à l’aspect qu’il veut donner à ses vins. Je ne lui en tiens aucunement rigueur car c’est à mon goût superbe!

J’ai là encore découvert un vigneron qui gagne à être connu, car s’il l’est à l’étranger, ce n’est malheureusement pas encore assez le cas en France. Ses vins sont tous très cohérents et marqués par une belle personnalité, et l’avenir est très prometteur avec les projets que Ludovic met en place petit à petit, notamment concernant les élevages longs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.