Le Domaine Vincent Pinard à Bué

Florent Pinard dans la cave d’élevage des rouges

L’accueil qui nous a été réservé par Florent Pinard a été très chaleureux et sympathique. L’histoire de la famille Pinard en tant que vignerons remonte à 20 générations, autant dire qu’elle fait partie de l’histoire Sancerroise. Ce sont aujourd’hui les jeunes et dynamiques frères Florent et Clément qui ont repris le flambeau et s’occupent des vinifications, encore aidés par leur père. Porteurs d’idées nouvelles, ce sont eux qui ont notamment fait évoluer le modèle cultural vers les principes de l’agriculture biologique (non revendiquée afin de garder une certaine liberté). Ces nouvelles pratiques ont été mises en place pour la santé des vignes et du raisin bien sûr, mais également pour celle des personnes travaillant au domaine.

parcellaire:

Le domaine est découpé en de nombreuses petites parcelles (environ 50!). je décrirai ici les sols des sélections parcellaires.

  • Petit Chemarin (40 ares): c’est un sol kimméridgien posé sur d’énormes dalles calcaires et orienté ouest. Il produit généralement le vin plus tendu des parcellaires. Les vignes ont été plantées en 1968
  • Grand Chemarin (60 ares environ): c’est un sol kimméridgien avec un peu d’oxfordien également, orienté sud. Les vignes ont été plantées en 1961 (17 ares), 1971 (21 ares) et 1985 (23 ares).
  • Le Château: parcelle sur sol kimméridgien exposée sud et plantée en 1968.
  • Chêne Marchand: sol oxfordien exposé sud, avec des vignes plantées entre 1959 et 1964 pour l’essentiel.

Un coteau Sancerrois près de Bué

Travail à la vigne: 

Les densités de plantation sont de 7500 pieds/ha hormis sur les plus jeunes pinots noirs qui sont à 10000

7 salariés à temps plein dont Florent, Clément et leur père travaillent au domaine pour s’occuper de ses 17 ha. A ce nombre s’ajoutent des saisonniers lorsque le besoin s’en fait sentir (travaux non mécanisables et vendanges par exemple).
Les sols sont travaillés, mais il n’y a pas de buttage en hiver comme cela peut se voir ailleurs. La famille préfère commencer les travaux très tôt dans l’année, dès le mois de mars. Les buttages/débuttages et griffages se font en fonction des pentes et de l’état de l’enherbement suivant les millésimes, il n’y a pas de dogme à ce niveau, de même qu’il n’y en a pas non plus sur le sujet de l’enherbement, également pratiqué en fonction des besoins de concurrence.

Les traitements, uniquement à base de soufre et de cuivre donc, sont minimisés autant que faire se peut. En 2018,  à titre d’exemple, 12 traitements ont été nécessaires, surtout au printemps au vu de la pression de mildiou importante au vu de l’humidité. A partir de l’automne 2018, des essais en biodynamie sont également en cours (préparats 500 et 500P notamment, purins).

Vinifications:

Les vendanges se font en petites cagettes déposées sur des traîneaux. Il n’y a pas de transvasement ni de triturage avant le pressurage, donc pas d’oxydation prématurée des jus. Pour les rouges, les macérations sont longues et ne voient que peu d’interventions. 2 pigeages max en cours de fermentation, et le chapeau est mouillé à l’arrosoir afin d’éviter toute extraction trop dure. Ils sont égrappés, hormis pour Vendange Entière bien évidemment.
L’ensemencement des vins est réalisé avec les levures indigènes des différentes parcelles du domaine. Ces levures ont été préalablement prélevées et élevées en laboratoire, ce qui permet de préserver les souches naturelles présentes sur le domaine.
Les parcellaires de sauvignon subissent toutes le même élevage d’un an en demi-muids. Les différences entre chaque cuvée sont donc uniquement dues au terroir.
Un gros travail est réalisé sur le soufre. La douceur de la manipulation des raisins avant la presse permet de ne pas soufrer à la vendange. L’an dernier, seul un léger sulfitage au eu lieu à l’assemblage des parcellaires. A terme, Florent aimerait n’en utiliser qu’une dose minimale à la mise, mises qui ne sont réalisées qu’en jours fruit suivant le calendrier lunaire.

2017 a nécessité de vendanger tôt du fait de la chaleur et du caractère solaire du millésime. Malgré le gel sur certains secteurs, il y a tout de même eu du vin.
2018 est là encore un superbe millésime, avec non seulement beaucoup de volume, mais aussi des raisins très qualitatifs et une vendange parfaitement saine et mûre.

Le village de Sancerre en cette belle matinée de janvier

Les vins:

  • Les vins blancs:
    • Flores 2017: issu de l’assemblage de plusieurs vignes, élevage 50% cuve inox et 50% bois. C’est un millésime gourmand, qui nous offre un vin déjà très expressif, miellé et présentant des arômes de fruits exotiques sans lourdeur aucune grâce à une belle trame acide. C’est très bon.
    • Nuance 2017: c’est un vin plus minéral et austère. C’est bon mais dans un style plus strict. Le vin présente une belle longueur sur une certaine douceur fruitée.
    • Harmonie 2017: Parcelles de La Plante des Prés (griotte) et la Pélerine ( argilo-calcaire sur socle calcaire). Elevage 50% cuve bois et 50% demi-muids. On passe un cap, le vin est subtil et complexe, avec plus de profondeur que les vins précédents. On s’approche du niveau des parcellaires.
    • Petit Chemarin 2017: pour un vin mis à noël, ça goûte déjà étonnamment bien. C’est tendu, salivant, avec un très beau volume sur des notes d’agrumes. J’aime beaucoup.
    • Grand Chemarin 2017: C’est un vin plus aromatique et gourmand. L’acidité est moins présente, là encore sur des arômes d’agrumes
    • Le Château 2017: On monte encore d’un cran et termes de densité et de complexité. C’est un vin très long et également ample en bouche, vraiment très bon
    • Chêne Marchand 2017: très belle définition aromatique, équilibre d’école grâce à une remarquable colonne acide qui porte le vin et l’étire longuement en finale. C’est la pureté aromatique de ce vin qui frappe. Superbe!
    • Grand Chemarin 2014: c’est déjà plus complexe et ouvert que 17. Tension remarquable, grande longueur sur le bourgeon de cassis, c’est délicieux et à attendre encore
    • Chêne Marchand 2012: C’est un vin plus monolithique et massif que Grand Chemarin 14. Il est encore très jeune et un poil fermé, sa tension et sa concentration l’emmèneront loin, mais il faut à mon sens l’attendre encore.
    • Petit Chemarin 2008: Très grand millésime selon Florent. Au nez, ça truffe à fond, impressionnant, on a l’impression de mettre le nez au dessus d’un panier de truffes! C’est selon Florent souvent le cas sur les millésimes frais comme 08. La bouche est droite, élégante, d’une grande pureté, ça truffe aussi en finale, grande tension, j’adore! Je crois décidément que Petit Chemarin est un terroir qui me convient bien.
  • Les vins rouges:
    • Pinot noir 2017: assemblage de 7 parcelles. 100% barriques 228 litres sans bois neuf. Un peu de soufre à la mise. c’est super bon, gouleyant, gourmand, mais attention, ce n’es pas simple non plus. Le vin a de la profondeur également. La buvabilité est redoutable. Il doit pouvoir vieillir, mais ça va être compliqué d’attendre tellement c’est déjà bon!
    • Charlouise 2016: 19% de fûts neufs. Quel beau vin! Volume, profondeur, longueur, équilibre remarquable. L’élevage est encore perceptible, mais que c’est déjà bon! j’adore. Florent conseille bien évidemment de l’attendre, mais il est déjà dur d’y résister, d’autant que les tanins sont très fins et bien intégrés.
    • Vendange Entière 2016: Le vin présente plus de fraîcheur, apportée par la rafle. C’est très très long, à ce stade moins charmeur, plus austère et droit que Charlouise. La vendange entière amène de la complexité au vin. C’est à attendre impérativement mais le potentiel est là.
    • Vendange Entière 2008: là encore, comme pour Petit Chemarin, le vin truffe un peu et présente des arômes de fraise compotée. Le vin est encore très jeune, avec une tension très importante, équilibre sur le fil. Même si ça commence à goûter, il faut l’attendre, car il en a clairement sous la pédale. Il peut devenir grand!

Au terme de cette visite, nous avons été bluffés par la qualité et la cohérence de la gamme, avec des vins de haut niveau à tous les étages. Pour ce que je connais de Sancerre, le Domaine Pinard fait vraiment partie du très haut du panier, et Florent est un jeune vigneron éminemment sympathique en plus de connaître parfaitement ses terroirs et de savoir où il va, ce qui ne gâche rien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.